Bonheur(s)

Chaque soir c’est le même rituel.

Je tourne à gauche, 108m (exactement) plus loin, je tourne à gauche, j’avance, j’avance, elle est là. Je monte dans ma voiture.

D’abord tout droit, puis à gauche, attention le passage piéton. On passe l’église, la priorité à droite.

Ils sont là.

tumblr_nw9w7nKNCa1ut3yrho1_500

« Ils », ce sont deux gamins, entre 13 et 14 ans. Tous les soirs je sais qu’ils vont être là. Peut-être qu’ils attendent leurs parents, ou l’heure du bus.

Une jolie rouquine, avec une parka verte et une capuche « moumoute ». Un petit gars, son sac vissé sur le dos et qui doit passer 30 minutes dans la salle de bain pour se coiffer le matin.

Je n’ai jamais vu leurs visages, et pour cause.

Chaque fois que je les croise, ils sont emmitouflés l’un dans les bras de l’autre, à s’embrasser comme si c’était la dernière fois qu’ils se voyaient pour le reste de leur vie.

Alors je souris. Ils sont mon rayon de soleil dans les bouchons de la rue de Paris.

Je les trouve mignon, ça me rappelle cette même époque, où on avait du mal à se quitter, où on se disait « je t’aime pour toute la vie ». On ne savait pas encore qu’on en aurait d’autres des petits amoureux. Des papillons dans le ventre. Des paillettes plein les yeux. Des chagrins d’amour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s