The Liebster Award Tag

J’ai été nommé trois fois dans le cadre du Liebster Award, et c’est avec plaisir que j’ai découvert les blogs de Danae, Little Renard & d’Elodie.
Liebster_Award
Mais sinon le Liebster Award c’est quoi ? 
  • Écrire onze choses sur soi (il y aura sûrement des redites après mon article « 25 choses sur moi ».)
  • Répondre aux onze questions de la personne qui m’a nommée
  • Tagguer onze blogs
  • Poser onze questions à mon tour
  • Prévenir le blog qui vous a sélectionné que vous avez participé

♥ Onze choses sur moi ♥

  1. Ma couleur préférée est le bleu.
  2. J’ai un frère.
  3. A 24 ans, j’ai eu deux relations «longues» soit 7 ans en couple.
  4. Je collectionne les carnets.
  5. Je déteste les fêtes de fin d’année.
  6. J’aimerais gagner au loto.
  7. Une citation : «choisir, c’est renoncer».
  8. J’aimerais être mon propre patron mais je ne sais pas encore dans quel domaine.
  9. L’hiver je porte de Giorgio Armani.
  10. L’été, La Panthère de Cartier ou Body de Burberry.
  11. J’adore faire les emballages cadeaux.

♥ Onze questions de Danae, Little Renard & Elodie ♥

(J’ai supprimé les doublons et regroupé sous forme de catégories.)

Me, myself & I.

Si tu pouvais être un super héros, lequel serais-tu ?

Je dirais Spider-Man, juste pour pouvoir m’accrocher et voler entre les buildings !

Dans une journée ordinaire, qu’est ce qui pourrais te mettre de très bonne humeur ?

Qu’une personne proche me fasse la surprise d’un moment ensemble.

Et sinon parlons de toi, prénom ? âge ?

Ghislaine, 24 ans.

La saison que tu préfères ?

L’été.

Ta chanson du moment ?

L.E.J – Summer 2015 (que vous retrouvez d’ailleurs dans le menu tout là-haut).

Si tu devais partir sur une île déserte, quel serait le produit que tu emporterais ?

Un livre.

Une chose qui te rend heureuse ?

Les surprises du quotidien.

Ton plat préféré ?

Le traiteur chinois ou les lasagnes maison.

Ce dont tu ne peux pas te passer ?

Mon soutif ?

Une petite anecdote sur toi-même à partager ?

Un jour, pendant les partiels en amphi, j’ai eu une quinte de toux phénoménal, j’ai du quitter la salle sous les plaintes des autres étudiants…

Plutôt salé ou sucré ?

Sucré.

Quel est ton animal préféré ?

Les chats.

As-tu une habitude bizarre ?

Quand je réfléchis je roule mes cheveux en queue de cheval, en chignon, je les relâche, les mets sur le côté…

Quand tu étais enfant, quel métier rêvais-tu d’exercer ?

Maîtresse, puis vétérinaire, et re-maîtresse.

Quelle(s) langue(s) parles-tu ?

Français, English y un poco de español. 

Quelle est ta plus grande peur ?

Ne pas accomplir tout ce que j’ai prévu pour ma vie de rêve.

Quel est ton dessin animé préféré ?

J’adorais Jeanne & Serge quand j’étais gamine !

Le blog.

Pourquoi ton blog ?

Je voulais retrouver un peu d’anonymat après avoir effleuré du bout des doigts la popularité avec un autre blog. 

Qu’est ce qui te plait le plus dans le fait de blogger ?

J’ai l’impression d’écrire dans mon journal intime comme lorsque j’étais plus jeune, et j’aime beaucoup avoir l’avis des gens sur mes péripéties.

Quels sont tes trois blogs préférés ?

30 ans ou presque, Paula Smack & Mewou. 

Loisirs et plaisirs.

Quel est le livre qui t’a fait verser le plus de larmes ?

Le Pianiste de Wladyslaw Szpilman. Bien plus que le film d’ailleurs.

Quelle est la musique qui te rend heureuse ?

O.M.D – Enola Gay

Plutôt liseuse ou le bon vieux livre papier ?

J’adore le toucher et l’odeur du papier mais je songe à une liseuse, plus économique à long terme. 

Quand tu vois un film pour la première fois, préfères-tu les voir au cinéma ou chez toi ?

Un film très attendu, je préfère le voir au cinéma.

Quel est le livre dont tout le monde parle et qui ne te fait vraiment pas envie ?

«D’après une histoire vraie» de Delphine De Vigan. Ma collègue me l’a prêté, je vais le lire prochainement mais sans entrain.

Si tu devais recommander trois séries ?

Friends – How I Met Your Mother & Scandal.

Qu’est ce que la lecture t’apporte dans la vie ?

Un peu de rêve et d’évasion !

Lecture favorite ?

Romans sur la vie quotidienne, fiction ou autobio.

Quel pays voudrais-tu visiter ?

En numéro 1 je dirais les Etats-Unis !

♥ Onze nommés ♥

Caféinement vôtre ; Charlie Dupin ; les Koalas Chinois ; Chroniques d’une tatouée ; Les Parenthèses ; 30 ans ou presque ; Et si on bavardait ; Charlotte BB ; It takes two to polka ; La Maîtresse ; Mean Girl !

♥ Onze nouvelles questions ♥

  1. Raconte nous ton plus gros flip (vécu, évidemment)
  2. La bonne résolution qui revient tout les 1er janvier et que tu ne tiens jamais ?
  3. La recette dont tu es la plus fière ?
  4. Le film qui te fait pleurer à tout les coups ?
  5. Décris nous ta tenue du dimanche.
  6. Les qualités que tu aurais aimé avoir ?
  7. Quelle est ta plus grande réussite ?
  8. Ton cocktail préféré ?
  9. Est-ce que comme moi tu rames à faire ce tag ?
  10. Quelle serait ta journée parfaite ?
  11. De quelle couleur était ta première voiture ?

 

Désolé pour l’indigestion à la lecture de ce pavé. Je vous laisse imaginer la galère pour la rédaction.

Bien sûr, toutes celles qui souhaitent participer en plus des nommés peuvent me le signaler par un petit commentaire ♥

Publicités

Merci de ne pas me ranger dans vos cases

C’est grâce à plusieurs articles lus ici-et-là que j’ai réalisé que j’étais ce qu’on appelle une hypersensible. J’ai d’autres traits de caractère, mais c’est certainement celui là qui prédomine sur le reste. Et je ne te cache pas que ça fout une sacrée pagaille dans la vie de tous les jours.

tumblr_nudrkgDUTs1uwphmio1_500

Déjà, je ne peux pas m’empêcher d’aller au fond des choses tout le temps. Souvent, on dit que les hypersensibles ont une faculté à appréhender le monde, une certaine intuition et qu’ils se posent sans arrêt des questions. C’est tout à fait moi. Derrière chaque phrase, je cherche le sous-entendu, l’inexpliqué, les non-dits. Ça me complique vachement la tâche dans les relations humaines. Rien qu’un petit exemple à la c**, c’est quoi cette lubie de mettre des points de suspension PARTOUT ?  Moi je suis obligée de chercher ce qu’il y a DERRIÈRE les « … » !

Je suis ultra-sensible aux critiques et à l’avis des gens concernant ce que je fais. J’ai besoin de l’approbation de mes supérieurs au boulot. De l’avis de trois copines avant d’acheter un nouveau manteau. Quand on me dit que j’ai fais quelque chose de mal, je me renferme sur moi-même et (quand je ne suis pas trop bornée, mais c’est un autre sujet) je fais TOUT pour rattraper le coup. Je fais la grande gueule, mais en fait vous n’imaginez pas à quel point je manque de confiance en moi.

Parlons-en de ça aussi d’ailleurs, j’ai un mal fou à me décider. Oui. Non. Pourquoi pas. Peut-être. Aurais-je des regrets ? Je pèse le pour et le contre. Et de nouveau le pour. Et de nouveau le contre. Je fais beaucoup de listes, ça m’aide un peu. J’ai l’impression de retourner à l’époque où je devais décider si ce mec avait les qualités nécessaires pour être en couple avec ma petite personne. Du coup, je ne te cache pas qu’il y a peu de place pour l’improvisation et la spontanéité dans ma vie. Tout est toujours planifié, et quand un malheureux écrou vient se glisser dans le délire, je réagis comme une hypersensible, dans l’hyper-émotivité et l’exagération.

Quand j’ai fait un faux-pas, forcément, je suis contrariée (et anxieuse). Au boulot, dans la vie quotidienne… Je suis capable de me taper une insomnie pour des choses vraiment futiles. On n’a pas répondu à mon dernier sms. Qu’est-ce que j’ai dit de mal ? Est-ce qu’il y avait un double sens caché (inconsciemment) dans ma phrase ? L’avantage, c’est que j’ai tellement peur de faire mal, qu’au boulot tout est NICKEL CHROME. Bon j’ai plus d’ongles tellement j’les bouffe, mais qui s’en soucie réellement à part moi ?

En plus d’être sensible tout court, je suis très réactive au bruit. Le cliquetis d’une fuite d’eau, l’aiguille d’une horloge, un pu**n de marteau-piqueur, la musique trop forte, UN FAX QUI NE PASSE PAS… J’ai l’impression (parfois seulement, heureusement) que les sons sont décuplés.

Comme j’ai un peu de mal à me faire confiance, je privilégie toujours les activités individuelles. Dans mon jeune temps, j’ai même ramené quelques coupes et médailles à mes parents, sur 100m, 400m, relais… Ma spécialité était le crawl (mon Dieu que ce mot est laid). Souvent, je fais du shopping toute seule. Puis je demande l’avis des autres (bah oui, je ne sais pas me décider). Et je retourne acheter (quand il y a encore ma taille). Je vais dans une salle où il y a un coach, mais je ne le sollicite jamais. Et je m’arrange toujours pour avoir mes écouteurs dès que j’entre dans la salle, histoire qu’il ne me mette pas le grappin dessus ! (laisse moi tranquille Kévin, je viens me défouler !).

J’ai une petite tendance à l’exagération. Tu vois les montagnes russes ? THIS IS MY LIFE ! Avec moi, tout est un drame ou une exultation.

Le meilleur pour la fin… je pleure pour un rien. Je suis contente je pleure, je suis malheureuse je pleure, je suis en colère je pleure, je suis fatiguée je pleure, je suis déçue je pleure… Toute occasion est bonne pour me voir verser ma larme. Quand Thérésa Lisbon dit à Patrick Jane qu’elle l’aime et qu’elle veut qu’ils soient un couple solide. Quand je sors du sport et que je sais que demain j’aurai mal partout. Dans les reportages animaliers, ils se sentent toujours obligé de se focaliser sur la mort d’un jeune du troupeau (d’hippo, de lion ou de gazelle, rayez les mentions inutiles). Quand Mike Delfino meurt sur le pas de sa porte, tu te doutes que j’en ai versé des larmes ! J’ai même versé une larme en même temps qu’Anastasia Steele au dernier coup de cravache ! Parfois, quand j’écoute des chansons aussi. Perfect Day de Lou Reed, Con Te Partiro d’Andrea Boccelli, Summer 78 de Yann Tiersen et Message Personnel de Françoise Hardy pour ne citer qu’eux. (évidemment, ce ne sont pas les paroles hyper-recherchés de Black M qui vont me faire chialer. C’est plutôt mes oreilles qui saignent !).

Lire la suite

Celui de trop

« – Uby. Doux, s’il vous plaît. »

C’est après cette phrase que le cours des choses à commencer à basculer, lentement.

On trinque, à cette rencontre, cette belle soirée. Lui avec sa bière, moi avec mon verre de vin blanc que j’ai eu tant de mal à choisir. J’ai 25 ans après tout, j’ai passé l’âge de boire un Perrier citron quand on m’invite à boire un verre.

Il fait lourd, et l’air est empli d’humidité, laissant une impression de moiteur.

Le mariage de sa soeur, nos boulots respectifs, mes tattoos, les siens.

tumblr_nm1mtaMjbv1r19govo1_1280

Deuxième verre.

Sa femme, mon couple.

On rit, tout est naturel, sans artifices. Je lui plais, je le sais, alors je n’ai pas fais de chichis, je porte les même fringues qu’au boulot. On reste dîner. Ce n’était pas prévu et je n’ai pas très faim.

« Ce n’est pas bon de sauter un repas Mademoiselle ! ». J’assure mes arrières, salade de chèvre, lardons parsemés d’ail. Le tue-l’amour par excellence.

Je picore dans mon assiette tout en papotant. Il regarde autour de lui, me prend la main. Je souris, un peu bêtement peut-être.

Troisième verre en mangeant.

L’heure tourne, on se sent bête, on ne sait pas comment se quitter. Alors on renchérit sur des sujets déjà évoqués. On rebondit sur des conversations ambiguës. Il est 23h30, les derniers employés mangent sur un coin du bar. Il est temps de partir. Je descends de ma chaise et me rend compte que je vacille un peu. Je ne me suis pas rendue compte à quel point ma tête tourne. Il est galant, me laisse le précéder. Dans ma tête, je ris, pensant « pour mieux mater mon cul ! ».

On ne se bagarre pas pour régler l’addition. Il veut me voir, il règle, c’est sans équivoque.

En regagnant la voiture, je rigole peut-être un peu trop fort, peut-être que ce dernier verre, c’était celui de trop.

Les lumières de la métropole m’éblouissent dans la nuit noire. Nous voilà déjà arrivé au pied de mon logement de fortune.

L’air est toujours très moite, une chaude nuit d’été. Il serait plus prudent qu’il reste dormir plutôt que reprendre la route. J’essaie de me convaincre qu’après tout, grand bien lui fasse de se faire prendre, ce ne sont pas mes oignons ! Il n’a pas envie de partir, de me laisser. Il pourra m’emmener prendre mon TGV demain matin.

« – Je n’ai qu’un lit. »

« – Je ne prends pas de place. »

Foutue pour foutue…

Anachronisme

On s’en étonne encore, mais chaque année, c’est la même chose. Halloween est à peine passé, les pomponnettes des cimetières pas encore fanées que déjà les hypermarchés ont installé les dix-huit-mille-quatre-cent-cinquante références de jouets, les catalogues traînent sur les tables basses des foyers, et tenez-vous bien, jeudi les employés municipaux installaient les illuminations de Noël. Le 29 octobre !

Je déteste cette course perpétuelle.

Début juillet, on retrouve déjà les affaires scolaires. En Février, les chocolats de Pâques.

Encore plus, je déteste l’hiver, les fêtes de Noël et tout ce qui va avec.

e2962c7a498ab5815fcc47353297330c

La technique du chat trop mignon pour te faire avaler la pilule !

Bien sûr que j’ai le cœur qui fond devant la beauté des illuminations de Noël. Évidemment j’écume les marchés de Noël et autres Galerie Lafayette pour être certaine d’être dans le mille et de faire plaisir.

Mais pour moi Noël ça rime avec repas de famille interminables, marathon de la bouffe, chez maman, chez belle-maman, chez mamie M et mamie E, trop de bulles, trop de foie gras, trop de bûches au cointreau (en revanche ça ne rime pas avec « trop de sous » va savoir pourquoi). Sans oublier que je vais encore devoir me farcir (-> Noël -> Dinde -> farcir. Faut suivre bon sang !) Tonton Marco et ses blagues lubriques (Il a osé dire à mon mec « avec des miches pareilles, tu ne dois pas t’ennuyer ! », voilà voilà…).

Me voilà entrain de faire ce que je déteste, je vous parle de Noël en novembre !