Je suis une tatie qui déchire !

En trente-cinq jours, trois copines ont mis au monde les plus beaux bébés de la Terre. J’étais déjà marraine, tatie « pour de vrai » trois fois et tatie-par-extension-car-maman-est-ma-copine une fois. J’ajoute trois galons à mon palmarès.

Je suis ravie. J’achète de la déco, des vêtements, des jouets. Il m’arrive, quand je vois quelque chose, de le prendre en photo et de l’envoyer à la maman à qui cela pourrait plaire.

J’adore quand leur tout petit poing serre fort mon doigt. Quand elles (oui c’est une cuvée exclusivement féminine) me font l’honneur d’ouvrir leurs yeux bleus profonds pour la première fois.

Je regarde avec un sourire niais et un air bête les snaps/photos/vidéos que je reçois quotidiennement.

Je joue au football, je dois contrôler mes frappes et toujours laisser gagner le petit (j’ai un peu de mal avec ce dernier point).

J’aime beaucoup aussi le récit des accouchements (ironie inside) : la perte des eaux qui ne vient pas, le tampon du déclenchement, le col qui ne se dilate pas assez vite, l’idée que quatre, huit et dix doigts soit une unité de mesure, l’horreur des contractions et le « elle a mis son bras jusqu’au coude pour retirer le placenta ! Le truc était resté collé ». Les papas qui ont la chance d’être les premiers à profiter de bébé pendant que maman manque de tomber dans les pommes / se fait recoudre / a envie de pleurer (rayer les mentions inutiles).

J’avoue être parfois un peu désarmée quand je ne comprends pas ce que mon neveu veut me dire. Par contre je comprends très bien quand il me dit que quand il sera grand je devrais lui offrir une moto rouge.

Je reste baba quand je vois les exploits de ma nièce qui maintenant attrape des objets, a deux dents, se promène toute seule à travers les différentes maisons qu’elle fréquente.

Je n’ai pas encore la maturité la patience pour être mère. Je ne parle pas de changer les couches. Je parle de me lever la nuit, avoir un rythme constant 7/7, voir bébé pleurer et ne pas savoir quoi faire…

Alors je me contente d’être une Tatie ! J’offre des glaces, des vêtements, des jouets. Je joue au foot même en sandales à talons et jupe, je donne le biberon, je me laisse mordre le genou au prétexte qu’ « elle fait ses dents », je fais l’avion avec la fourchette et j’apprends à être patiente. Et je me demande quand mon tour viendra…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s