Vous ne savez pas, vous

C’est un peu « gnangnan » de vous dire ça mais ce weekend je me suis rendue compte de la chance que j’avais d’avoir mon chéri.

 

tumblr_oqmis9dIw41rrvs5oo1_400

 

La semaine a très mal commencé avec un accident de voiture. Avec sa voiture en plus. Et le premier truc qu’il me demande c’est si moi je vais bien. Je vous épargne les détails, j’ai fondu en larmes comme une cruche, choquée.

Ma potasse m’envoie un sms pour me demander des nouvelles expressément ce midi-là et je lui explique pourquoi ça aurait pu mieux commencer. Réponse directe « et ça va, il a rien dit Pedro ? » (Par soucis de confidentialité nous l’appellerons Pedro). Je ne vous refais pas l’histoire… elle a finit par conclure « bah dis donc, c’est la perle ce Pedro… Si t’avais été encore avec Roberto, je te dis pas le savon que t’aurais pris !! » (merci l’influence des collègues qui m’ont parlé d’Un Dos Tres ce matin)

Elle avait raison. Avec mon ex, tout était prétexte à me faire crier dessus. La quantité de beurre pour faire cuire les steaks, ma lenteur dans les escaliers quand j’étais chargée comme un baudet, lorsque ma maladresse légendaire refaisait surface,… Tout pouvait engendrer un haussement de tons des deux parties.

Avec Pedro, c’est simple (ce n’est pas tout à fait vrai mais ça fait joli de le dire).

Lors d’un moment « confessions sur l’oreiller », une nuit où on ne trouvait pas le sommeil, il m’a avoué qu’avant il n’était pas très communicant et que son ex le lui avait reproché. Qu’au début de notre relation, il avait essayé de faire l’effort et qu’en fait maintenant cela lui venait naturellement, tant il en avait constaté les bienfaits sur notre relation. Je dois avouer que c’est vraiment bien de ne pas être dans le frontal, dans le conflictuel mais plutôt dans l’échange et dans la compréhension. J’ai été formaté à me fermer comme une huître dès qu’un reproche m’était fait mais je travaille dur sur moi-même pour réussir à m’exprimer calmement (pour les pleurs, je ne garantis toujours rien).

Parfois j’ai une drôle de sensation, j’ai l’impression de « nous regarder ». Vous savez, vous êtes dans une situation à un instant T et tout à coup vous en sortez et vous voyez ce couple qui est vous entrain de faire X ou Y chose. Pas plus tard que ce weekend, je glisse ma main dans le gant de cuisson, il me dit « t’es sûr que tu ne veux pas que je le fasse ? » « Non t’inquiète » et là évidemment je me brûle en attrapant mal le plat. J’étais ailleurs pendant que je sortais ce plat, je nous regardais. Je nous trouvais en harmonie, épanouis, bienveillants… Beaux.

Publicités

Une réflexion sur “Vous ne savez pas, vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s