Faire cohabiter mes désirs et les siens

On veut notre nid d’amour. C’est pas pour tout d’suite mais on est curieux voyez… Alors on épluche Le Bon Coin. Mais personne ne m’avait prévenu que ce n’était pas de la tarte de choisir un chez-soi avec un boulet chéri !

-155851_1_0.jpg

Quand je me cherchais un appart’, c’était clair je voulais du propre, du récent, du lumineux, UNE BAIGNOIRE et une cuisine équipée. Le reste, j’y allais au feeling. En dix jours, j’ai visité sept ou huit apparts mais j’avais toujours dans le coin de ma tête l’un des premiers pour lequel j’attendais une réponse.

Aujourd’hui ça se corse. Je ne suis pas seule à choisir. Et Monsieur me fait bien savoir qu’il a son mot à dire.

♥ C’est moche ce carrelage noir ! Comment t’as pu avoir un coup de cœur pour ça ?

♥ 800 balles et y a même pas de cuisine équipée !

♥ Nan mais en dessous de 80m² c’est mort ! (je l’ai désormais convaincu de commencer à  60m² TMTC le budget)

♥ On s’en fout de la baignoire ! (J’ai failli le quitter)

♥ Il craint ce quartier ! (j’y ai habité pendant deux ans je n’ai jamais eu de problème, trouve une autre excuse pour dire que tu n’aimes pas l’appart…)

♥ Il manque toujours un petit quelque chose c’est dommage

♥ T’as vu le montant des charges ??? C’est Versailles dans l’escalier ?

Ceci n’est qu’un bref aperçu des commentaires les plus fréquemment utilisés.

Ce qui m’a fait comprendre qu’il allait falloir qu’on réduise nos exigences afin de faire correspondre nos priorités respectives avec notre budget. À savoir : pièce de vie de 30m² minimum, cuisine fermée si possible, deux chambres, salle de bain avec baignoire, parquet, un balcon serait un plus (Coucou Stéphane Plaza si tu passes par là !). Tout ça pour un budget de trois mois de courses chez Auchan.

En somme, je crois que la définition même « d’aimer quelqu’un » c’est : sacrifier certains de ses désirs pour satisfaire ceux de l’être aimé.

C’est tout pour le moment !

 

Publicités

À mon premier amour

Au cours d’une vie on tombe amoureux-se peut-être deux, trois ou plus de fois mais le premier amour, comment vous dire, il reste « gravé à jamais ». Ça fait un peu beauf comme expression mais c’est tellement ça.

tumblr_ojqbsojkta1uu5n03o1_500

Marmalade Boy, le manga que je lisais en pensant à toi

Magie de Facebook, il y a quelques temps, une demande d’ajout de la maman d’une copine d’enfance. Et depuis, des photos de ses enfants qui défilent chaque jour devant mes yeux. De son fils (le frère de ma copine d’enfance si vous n’avez pas suivi).

Chaque fois que je le vois ça me fait le même effet. Un mélange de mélancolie, d’amertume, de souvenirs joyeux. On avait 13 et 16 ans alors tu penses, qu’est-ce qu’on connaissait de l’amour à l’époque ! Mais j’aime croire que nos sentiments étaient vrais et purs. Je suis sortie avec ton meilleur copain pour te faire enrager. J’aurai pas du, je ne savais pas comment faire pour te faire comprendre qu’à mes yeux il n’y avait que toi. Je ne l’ai pas aimé. J’ai détesté sa façon de m’embrasser. Il a vite été expédié. Et toi, tu me parlais de cette autre fille que tu voyais toutes les semaines dans le train. Tu étais forcément déjà amoureux d’elle à l’époque puisque tu es aujourd’hui marié avec elle. Mais je préférais croire le contraire. Je me souviens de cette clé usb qu’on s’échangeait chaque semaine, où nous nous écrivions réciproquement des pages et des pages. Où on se confiait nos ressentiments, nos émotions de la semaine. J’étais ta « Tite Louloute ». Je repense à ma tête sur ton épaule. Aux chuchotements de nos mamans qui nous imaginaient déjà très bien vieillir ensemble. Je me souviens de ce baiser que nous n’avons jamais réussi à échanger, gênés par la situation. Nos visages, si proches. Nos souffles, courts. Nos yeux, ébahis. Je me souviens de ce jour où on faisait je ne sais plus trop quoi et où j’ai pris mon courage à deux mains, où je me suis blottie contre toi. Cette fois-là non plus on n’a pas réussi. Puis je me souviens des clés usb oubliées, de notre gêne respective, de tes indisponibilités de plus en plus fréquentes. D’une clé usb qui disait que tu avais enfin osé l’aborder. De mon incapacité à te répondre. De ma colère, de ma tristesse, de ma rage.

Je me souviens de cette soirée dans un parc, il y avait beaucoup de monde. Tu étais là, avec elle. Avec ton meilleur ami et sa nouvelle copine. Je me suis approchée pour te saluer. J’étais anxieuse, j’avais une boule dans la gorge et les larmes aux yeux. Elle s’est interposée. Tu n’as rien dit, rien fait. Pas le moindre signe envers moi. Elle a décidé pour toi. Ses propos envers moi ont été violents. Ils m’ont blessé. Et toi… Toi tu as fais un petit trou dans mon cœur qui ne se rebouchera jamais.

Quand je t’ai aperçu sur ce quai de gare, quelques années plus tard, j’ai eu envie de venir vers toi. Je savais que tu étais marié avec elle désormais. Je brûlais d’envie de m’approcher de toi. Entendre de nouveau le son de ta voix. Nous nous sommes quittés adolescents, j’aurai voulu que tu saches quelle adulte j’étais devenue. Je n’ai pas osé. Tu as jeté un regard vers moi mais tu n’es pas venu non plus. Je t’ai finalement contacté via Facebook et ta réponse a été sans appel. Tu ne regrettes pas que je ne sois pas venue te parler car tu n’avais aucune envie de discuter avec moi, que tu étais passé à autre chose depuis longtemps et que je devrais faire de même. Ce petit trou dans mon cœur ne se rebouchera jamais.

Tic tac tic tac

J’ai la pendule qui déraille. Je veux dire par là qu’elle me joue des tours, elle me titille, me rappelle le temps qui passe (toujours plus vite), me remet les pieds sur Terre, me confronte à des choses auxquelles je n’avais jamais pensé.

5406592

J’ai traversé un tunnel avec au bout du bout, le mariage de ma meilleure amie. Témoin de mariage, je n’ai pas chômé jusqu’au D-Day avec une pointe de stress la semaine précédant le mariage. Pendant ce temps-là, une copine a accouché, une autre a annoncé sa grossesse. Une cousine a signé un compromis de vente. Que des bonnes nouvelles. Et moi qui patauge, qui me démène pour organiser un beau mariage, ne pas oublier de trouver un souvenir, combien faut faire de gâteaux, on met quoi dans le bar à bonbons ? Bref, j’étais en pleine ébullition.

Puis le mariage est passé, le soufflé est retombé. Genre fin de crevaison lente quand tu roules sur la jante depuis déjà trop longtemps. #BricoleGirl

Je ne vais pas vous mentir, ça m’avait bien traversé l’esprit… Meilleure#1 a donné naissance à une petite princesse il y a plus d’un an, Meilleure#2 se marie… Je viens de mettre fin à quatre années de relation et je suis dans une nouvelle relation toute fraîche, j’avais bien constaté que je ne vivais pas au même rythme que mes copines. Pas besoin de me foutre une p*tain de claque dans la face bordel !

Un samedi soir, tintements de verre, un couple d’amis nous apprend qu’ils attendent un mioche pour Mai. Toutes mes copines étaient maman ou enceinte. Et moi j’étais là.

animated50

Vous aviez remarqué vous que dans « nullipare » il y a « nul » ? C’est exactement ce que j’ai ressenti. J’ai causé bières, foot et blagues cochonnes avec les garçons. Je me suis sentie vide, j’avais l’impression d’avoir une vie de merde.

Ça ne m’a pas quitté depuis et c’est vraiment bête. Parce qu’au fond de moi je sais que ce n’est pas après six mois de relation qu’on se pacse/se marie, qu’on décide de faire un bébé. Mais j’ai l’impression d’être nulle. D’être la dernière, le vilain petit canard. Je pleure quand j’ai une panne d’électricité ou que ma voiture ne démarre pas. Parce que si Chéri & moi on vivait ensemble, il pourrait m’aider et que là je suis juste toute seule. Il me dit que ce sont des sacrifices à faire pour être mieux plus tard. Parfois j’ai peur qu’il n’y ait pas de mieux, pas de plus tard, que las d’attendre j’envoie tout valser.

Et toi, ça t’es déjà arrivé de te sentir « larguée » ? Pas du tout en phase avec les autres personnes de ton âge/entourage ?

Sommes-nous trop exigeantes ?

Au cœur des discussions au bureau : les hommes. Les nôtres, ceux des autres, ceux qu’on croise dans la rue, ceux qui passe au bureau. Nous les critiquons, nous les décortiquons, nous les jugeons. Mais est-ce qu’on ne serait pas un peu trop exigeante ?

tumblr_oa32i2lkpu1teoi0jo1_400

Quand tu ne sais pas comment illustrer ton article, rabats-toi sur le chaton-mignon !

Ma collègue reproche à son mari de laisser traîner sa tasse dans l’évier,  la lavette sur la table basse, des livres à droite à gauche, d’empiler les tickets de carte bleu sans les trier ni les jeter. Elle lui reproche d’être tête en l’air, de lui faire répéter les même choses, d’oublier des fondamentaux lorsqu’il fait les courses… L., en concubinage depuis 24 ans, un enfant.

La fille qui occupe le bureau à l’étage reproche tout un tas de choses aux hommes qu’elle rencontre via des sites Internet. Ils ne savent pas ce qu’ils cherchent ou alors cherchent une copie de leur maman/de leur ex/de Clara Morgane ou d’Ariana Grande. Ils s’emballent, envoient des messages qui devraient lui faire plaisir mais qui en fait la font flipper car il est beaucoup trop tôt pour parler de certaines choses. M., mieux seule que mal accompagnée, sans enfant.

Celle du bureau dans les combles reçoit systématiquement le même message de son compagnon : « on mange quoi ce soir ?« . Et se demande toujours pourquoi il ne prends pas les devants, pourquoi il ne se fait pas confiance et pourquoi il ne prépare pas le dîner lui-même. C., en concubinage depuis 8 ans, un enfant.

Et moi… Je lui reproche de ne pas vouloir me présenter ses amis, de ne pas se montrer très engageant, de ne pas me demander pour qu’on soit « en couple » sur Facebook, de ne pas montrer sur Facebook qu’on est ensemble, de ne pas…

On leur reproche tout un tas de choses. Intimement, je pense qu’ils auraient tout autant de choses à dire à propos de nous. Sommes-nous trop exigeantes ? Pourquoi chercher la perfection quand soi-même on ne l’atteint pas ? Comment éviter ses reproches incessants ? De quelle manière transformer ces « défauts » pour qu’ils nous pèsent moins ?

Lui.

À ceux (et celles, faites pas les Sainte-Nitouche) qui pensaient que j’allais vous parler du magazine de charme, désolé de vous décevoir mais aujourd’hui c’est mignonneries, niaiseries et compagnie !

tumblr_m75wxo9PdZ1qdbhdbo1_500

Je pense à ce billet depuis quelques semaines déjà mais je suis tellement superstitieuse : imaginez, j’écris ce billet et sans le savoir il me largue le jour-même ! Toute ma vie je regretterais l’écriture de ce billet… (j’exagère à peine).

Ici, je vous avouais que quelqu’un était entré dans ma vie… et il y a quelques jours nous avons « fêté » nos trois mois. « Fêter » est un bien grand mot car Monsieur – bien qu’étant parfait – reste un Monsieur et ne voit pas tellement l’intérêt de célébrer ces étapes d’une relation de couple. Bref. Trois mois qui sont passés à une vitesse folle. Durant lesquels nous avons fais la connaissance de nos belle-familles respectives, nous avons beaucoup mangé, écumer plein de restos, participé à quelques pique-niques sur la plage avec mes amis, vu plusieurs films au ciné, eu notre premier coup dans le nez simultané.

Trois mois plein de découvertes, de câlins, de projets, de rêves, d’espoirs

tumblr_oco0zy7T8X1v8hcteo1_500

Maintenant, trois semaines d’absence à l’horizon… Des interrogations, forcément. Surtout avec les cauchemars – sans fondement – que je fais depuis quelques semaines. J’ai confiance en lui et même s’il ne me l’a pas dit, je sais qu’il m’aime (c’est bientôt mon anniversaire, qui sait, peut-être qu’il va se décider). Je fais des rêves débiles où je me retrouve nez-à-nez avec son ex, où je tombe sur une photo d’elle chez lui, pire où elle kidnappe notre fille (qui n’existe que dans mes rêves aussi). Il a tenté de me rassurer comme il pouvait un peu pataud mais plein de douceur : « Tu es la 2e moitié de ma folie ». Il m’a conseillé d’extérioriser. Il me fait parler, m’écoute, réponds à mes questions. Il m’a dit qu’écrire mes cauchemars, ce que je ressens pourrait m’aider. Il essaie de trouver une solution pour me soulager.

Quand je vous disais qu’il est parfait.

 

À consommer avec modération

Mes multiples pérégrinations sur les sites de rencontre ont finalement porté leur fruit. Il y a quelques semaines de ça, j’ai franchi le cap de la rencontre « live » (après l’avoir fait tourner en bourrique plus qu’il ne le fallait histoire de tester sa résistance).

La veille j’avais fais fort, je vous passe les détails. Je vous passe aussi les détails concernant les doutes pré-rencard du style « Est-ce qu’en vrai on va bien s’entendre ?».

Oui on s’est bien entendu.

Je ne sais pas vous dire ce qui m’a plu chez lui. Il me fait rire, il a le sourire communicatif, nous avons les même références d’enfance, il est le Roi Taquin et moi la Reine. Nous nous sommes promenés sous la bruine, il m’a appris les règles du Tarot et nous avons beaucoup parlé de notre enfance et de nos amis. Il m’a raccompagné chez moi et il ne m’a pas embrassé. J’étais décomposée. Pourtant quelques minutes plus tard je recevais un sms qui me disait qu’il était content de m’avoir rencontré et qu’il aimerait me revoir.

Échanges intenses de messages toute la semaine, je prétexte un passage pas loin de chez lui le weekend suivant… Il propose de m’accompagner. (Et vous savez à quel point faire les magasins est une plaie pour les hommes).

Mais voilà que je ne la vois pas venir du tout… la cuite. Celle où tu es malade toute la nuit. Malgré mes péripéties nous nous retrouvons en fin d’après-midi, dans le hall d’Ikéa.

« T’as une bonne tête quand t’as la gueule de bois » est à ce jour le plus beau compliment qu’il m’ait fait (blague).

Je vous épargne les détails mielleux, je ne me souviens plus d’un seul objet tellement j’étais obnubilée par ses yeux, obnubilés par les miens. Sans que je sache comment le « Je ne rentre pas tard ce soir » s’est transformé en bisous à l’avant puis à l’arrière de sa voiture, sur le parking. Ledit parking sur lequel nous sommes restés coincés pour cause de fermeture de barrières à minuit. #PremièreAnecdote

tumblr_o9zbrmFk3Z1v8hcteo1_500

Ensuite il y a eu toutes ses petites phrases balancées par SMS

« J’aimerais que tu ne te considères plus comme célibataire »

« Tu as bien dormi mon amour ? »

« Tu veux venir chez moi ? »

« Ta folie reflète ma folie »

Aujourd’hui il y a les kilomètres qu’on avale chacun son tour.

Les SMS, les appels.

Les surprises, les moments de bonheur simple.

Les premières déceptions aussi.

Les « mon petit bébé d’amour » qui ne me dérangent (presque) pas.

Les fous rires, tout le temps.

Les gentilles moqueries, les essais en cuisine.

Les câlins et les larmes quand on se quitte pour la semaine…

J’ai Tindé.

Et Adopté aussi. Et Oncé. Oui, je me suis inscrite sur à peu près tout ce qui existe comme site de rencontre. J’ai juste zappé Meetic que je trouve trop glauque, et les trucs où on te promet des hommes BCBG comme Attractive World. J’ai pas envie de me chopper un vieux. En fait je me suis inscrite sur les sites dont mes potes m’ont parlé.


Adopte un mec, je connaissais déjà. J’ai déjà eu un compte. Avant d’être en couple of course. Pourquoi je me suis réinscrite ? C’est un peu the place to be. Enfin c’est ce que je pensais. Je trouve que le site est un peu boudé. J’y ai trouvé moins de « produits à placer dans mon panier » que sur d’autres applications dédiées. Peu de mecs m’abordent, je ne sais pas si c’est à cause du site ou parce que mon profil ne plaît pas, toujours est-il que j’ai lâché le morceau.

J’ai découvert l’application Once dans un article de presse. Un truc sérieux, style Le Monde. Le leitmotiv du créateur était d’éviter aux utilisateurs la surconsommation, phénomène ambiant sur les autres sites de rencontres. Je trouvais ça cool. Bon et puis en fait, si tu tombes sur un mec qui ne te plaît pas, pendant 24h tu ne peux voir que lui. Je n’y ai pas non plus trouver mon public. Peu connu donc peu d’inscrits. J’ai quand même franchi le cap d’une rencontre réelle avec un mec. Mais finalement, après des heures passés au téléphone, il n’y avait pas la petite étincelle. Ciao !

En dernier recours, j’ai Tindé. Le principe est le même, tu aimes ou tu zappes, si ça match entre un homme et une femme, vous avez la possibilité de discuter. C’est là que le bât blesse. Si tu as aimé le profil d’un gars il y a dix jours, il se peut donc qu’entre temps tu aies rencontré quelqu’un d’autre. Et vice-versa. Aucune rencontre à mon actif via ce site à ce jour, seulement trois hommes avec qui je discute régulièrement.

rencontre1

Bien sûr, comme toute célibattante j’ai une liste longue comme les jambes d’Adriana Karembeu d’anecdotes en tout genre. C’est trop demandé un mec qui sait écrire sans faire deux fautes dans la même phrase ? Ou un mec qui ne te considère pas comme un bout de viande ? Qui n’a pas de pratiques déviantes ? Et mignon ? Gentil ? Grand ? Attentionné mais un peu macho ?

Bon ok, j’ai compris, c’est trop demandé.

En soi, je me demande comment certains couples réussissent à se former grâce à ce genre de sites. Peut-être que je ne suis pas assez régulière. Peut-être que je ne cherche pas vraiment quelqu’un et que ça se ressent dans ma description, mes photos… Soit ce n’est pas le bon endroit, soit ce n’est pas le bon moment.

Ou les deux.